OSTÉOPATHIE ET POSTUROLOGIE

L'ostéopathie

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie : « médecine du mouvement »

L’ostéopathie est une thérapie manuelle née aux USA avec A.T. STILL. Son grand principe : « La structure gouverne la fonction » ; mais la structure est façonnée pour la meilleure fonction du corps : c’est l’interaction. Sa pratique quotidienne et son sens de l’observation l’orientèrent vers des études plus approfondies en anatomie et physiologie concluant que : « Le mouvement c’est la vie ».

Principalement utilisée pour soulager les douleurs articulaires, elle agit aussi sur les troubles digestifs, circulatoires et nerveux.

L’ostéopathie est une thérapie manuelle basée sur un examen complet : palpatoire, postural et dynamique. Les lésions sont des hypo fonctions et restrictions de la physiologie articulaire et il faut donc faire « un état des lieux » tant quantitatif que qualitatif. La manipulation ou l'ajustement articulaire sera de restaurer la bonne mobilité.

Il existe plusieurs techniques en ostéopathie

Le travail des fascias :

Il est basé sur la respiration et le mouvement des tissus.

Les techniques fonctionnelles :

Nous mobilisons les vertèbres dans le sens du mouvement jusqu’à l’accumulation des tensions et la respiration du sujet nous permet de dépasser ces tensions et les rééquilibrer.

Les techniques structurelles :

Elles sont les plus délicates, mais plus efficaces lorsqu’elles sont maîtrisées : ce sont des gestes rapides et indolores ; il faut chercher les paramètres en restriction dans les trois plans de l’espace et les solliciter par l’ajustement vers la correction (qui se trouve toujours dans la physiologie articulaire).

N.B : Le choix de ces techniques doit être dicté par l’examen, le souhait du patient qui peut avoir peur de certaines techniques, et non par l’envie du thérapeute.

Buts des manipulations

Lorsqu’une vertèbre est en lésion, c’est le déséquilibre des tensions musculaires qui fixent cette vertèbre en position par une contracture. Ces spasmes et les étirements ligamentaires, donnent de mauvaises informations au cerveau qui entraînent des dérèglements du système postural (musculature de maintien de l’homme), ce qui prédispose les déséquilibres articulaires, les contraintes, l'arthrose etc. Si le sujet est fatigué ou stressé, son corps se défendra mal et il s’ensuivra des lésions vertébrales.

Ces lésions auront donc une origine musculaire, ligamentaire ou articulaire et il faudra utiliser une technique spécifique. Elles entraîneront des manifestations douloureuses, neurologiques, neurovégétatives ou circulatoires. C’est pour ces signes cliniques que le patient nous consulte. Il est primordial de connaître notre champ d’action. En effet, il est impensable de traiter des pathologies qui sont en dehors de nos compétences, surtout dans le domaine du viscéral .

Les lésions fonctionnelles sont à traiter et il ne faut pas hésiter à référer un patient à un médecin. Il existe un examen précis, mécanique et énergétique qui sera la base du traitement.

Exemple :

Un problème fonctionnel du foie peut être dû à une lésion de la 8ème vertèbre dorsale (je ne pense pas qu’une seule vertèbre soit responsable d’une dysfonction viscérale), mais aussi à un stress ou un travail trop important de celui-ci. Dès que celui-ci fonctionne mal, l’organisme essaie de corriger et de s'adapter et ce, à différents niveaux : nous aurons des manifestations douloureuses du dos et des problèmes circulatoires dans le corps.

Exemple :

Une entorse ancienne, non douloureuse mais non ajustée. Le sujet ne vient pas nous consulter pour elle : elle est « guérie » mais pour une douleur vertébrale qui est en fait la suite lésionnelle de cette entorse et du déséquilibre mécanique de la cheville et du pied, entraînant une dysfonction du corps dans son ensemble. Pendant la période où cette entorse était douloureuse, elle a envoyé des messages aux centres nerveux de contrôle et de régulation qui ont à leur tour, organisé des réactions dans leur territoire…

L’ostéopathie crânienne ne peut être expliquée en quelques mots mais c’est une partie très importante de notre profession.

Ce n’est pas le praticien qui guérit le patient, mais ce-dernier qui permet au corps par sa bonne mobilité, de s’auto guérir. Il est évident qu’un traitement ostéopathique doit être prolongé par de la gymnastique et une diététique correcte.

Un traitement ostéopathique nécessite de 3 à 5  séances. Il faut une amélioration dès la première séance ; si ce n’est pas le cas, c’est que cette thérapie ne convient pas à cette pathologie. Il faut donc changer et s’orienter vers : l’homéopathie, l’acupuncture, la médecine…

La durée d’une séance est très variable. Plus le sujet souffre, plus elle sera courte afin de ne pas augmenter l’inflammation déjà présente.

Libérez et laissez réagir le corps.